Claude Dorléat

Originaire d'Aubusson , où les tapisseries lumineuses de Lurçat et de ses contemporains faisant éclater la lumière m'ont ébloui , mais j'avais 20 ans .
Beaucoup plus tard , un peu avant la soixantaine, c'est Yves tanguy et son monde imaginaire qui m'a fait rêver .
Puis le choc est venu avec Egon Schiele et sa soyeuse violence , introduction aux expressionnistes allemands... Karel Appel , Jorn et bien d'autres , tous différents , figuratifs ou abstraits , m'ont séduit ...

Vuillard , Bonnard , certains Vlaminck , Derain , Picasso bien sûr , Miro parfois , Bacon évidemment , Spilliaert , Rebeyrolle...
Enfin , certaines oeuvres de contemporains , J.M. Albérola , la cage aux oiseaux de J.P. Raynaud , Alechinski, Basquiat , Hockney , Bill Viola ...
j'en omets tellement !


................................................

...tirer le diable par la queue...

Tous m'ont appris qu'il faut OSER , OSER , OSER ...

Mais comme il est difficile de lâcher son sens critique !
Je tente de ne rien m'interdire , ni technique , ni sujet .
Je recherche le moyen de rester au plus près des sentiments que j'éprouve.

"l'art ne reproduit pas le visible, il rend visible" cit. Paul Klee

La psychologie qui a tenu une part importante dans ma vie ne m'aurait-elle pas conforté dans cette voie ?

J'adapte donc le traitement choisi , mais , toujours , je m'efforce de rester libre .

Claude Dorléat
expose avec Diagonales , à Châlons en Champagne , Maison Clémangis, rue Nicolas Durand (ruelle du cloître) , du samedi 30 mars au dimanche 7 avril 2013 .

respectabilité (expo Rouge)


Claude Dorléat adhère à Diagonales en 1998.
Il participe activement aux expositions et à l'animation du collectif.

contacter Claude Dorléat
tel: 03 26 85 04 24
mail :claudedorleat10@sfr.fr

Oeuvres de Claude Dorléat composition en bleu
Dorléat aux Bleuets de Reims, avec 'Corps et Décor'


3 oeuvres de grande taille - environ 150 cm x 100 cm
"L'homme bleu" et "jeune fille au chignon "


Oeuvres figuratives de tendance moderne, avec une expression plus orientée vers la sensibilité pour la 1ère, plus heurtée pour la seconde qui se détache sur un fond très sobre.

"la main verte", toujours figurative, est plus surréaliste.

La violence s'y exprime par la couleur presque fluo de cette main prégnante contrastant sur un fond bleu et une sorte de cadre dissymétrique composé de rayures multicolores où la peinture se mélange avec une certaine sensualité, sans détruire les structures verticales - référence à Bernard Frize ?


Un triptyque de 3 oeuvres au format identique
- 76 cm x 96 cm avec le cadre -
intitulé du célèbre vers de Apollinaire : "Ah Dieu! Que la guerre est jolie !", présenté en contre-point de la sculpture de Jeangeorges, consacrée au même sujet.

Celui-ci nous montre presque l'âme de ces hommes disparus, déchirés, arrachés, et pourtant marchant...
Dorléat, au contraire met en évidence , dans un style de tendance expressioniste, une vision apocalyptique, des chairs écrabouillées, la boue, le sang , les restes d'une poupée, la fange, l'indescriptible.
Avec un humour macabre il a intitulé ces 3 tableaux "morceaux choisis 1, 2 et 3". Mais de manière antithétique le résultat est empreint d'une certaine harmonie des couleurs; la guerre serait-elle effectivement jolie ?
Là encore, on est davantage sur le versant moderne que contemporain.


La dernière oeuvre, (environ 160 cm x 150), intitulée "Archéologie" est composée de plusieurs parties

3 oeuvres superposées de 50 x 50, semblables mais différant progressivement.
Il pourrait s'agir de 3 sépultures datées d'époques géologiques successives montrant les mêmes types de vestiges disposés pour constituer en quelque sorte l'ultime parure de ces lointains défunts.
Tout cela est traité en couleurs très vives, presque en a-plats, et renvoie à une représentation (80 x 100 cm) contigüe, d'un visage simiesque et souriant, censé résulter de la reconstitution paléontologique exécutée à partir de l'une des sépultures. Dorléat s'amuse à demander au regardeur de choisir lequel des vestiges est en cause, d'où la mention "d'oeuvre interactive", et si son choix est bon son gain est dérisoire !

Car, en réalité, il n'y a pas de bonne réponse et l'oeuvre qui se présentait sous un abord gai et humoristique vire vers davantage de causticité en mettant en cause notre société actuelle, bien éloignée de celles évoquées par les vestiges plus ou moins anciens. Sans doute l'oeuvre la plus "contemporaine" de celles qu'il a présentées.

Comme souvent chez Dorléat, bien qu'il y ait "un petit air de famille" entre les oeuvres, pas d'unité véritable.
Est-ce dommage ? Il prétend ainsi répondre à des "challenges" qu'il se donne, agir en fonction des sujets, et conserver sa liberté. Il s'agit bien là d'une attitude contemporaine....
14.04.2014
l'Atrium des BLEUETS, rue du Colonel Fabien, à REIMS
jusqu'au 26 juin 2014 ( 9h_17h)

Expositions avec le collectif DIAGONALES

Présente dans chaque exposition depuis son adhésion
  • -Expo DUOS, salle Suzanne Tourte, Cormontreuil, octobre 2016

  • avril à juin 2014 - « Corps et décor » Polyclinique des Bleuets de Reims

  • nov.2013 - « CARRES » à la Mairie de GUEUX - Marne

  • sept. 2013 -« Art Déco » à la Villa Douce - Reims

  • juin 2013 - BLEU à la Maison du Département rue Carnot - Reims

  • avril 2013 - BLEU à la Maison Clémengis Châlons en Champagne

  • autres expos à Reims-Boulzicourt-Charleville-Auménancourt

Expositions collectives

  • avec Créer à Epernay

  • Châteauvieux

  • Mareuil sur Cher

  • Saint-Aignan

Exposition personnelle

  • 1998 - REIMS Champagne Parc Auto

<